L’ESPRIT DE LA GRÈCE ANTIQUE

La Grèce antique, dans la conception actuelle du Mouvement olympique, serait une source d’idées qui sont projetées dans le présent pour confirmer, d’une part, l’association entre sport ancien et moderne et, d’autre part, le référentiel d’idées et de valeurs d’un passé sacré. Les notions dominantes dans l’esprit du sport antique sont celles de «kalokagathia», de noble émulation et de beauté. La fameuse injonction adressée par Pélée, le père d’Achille, à son fils et par Hippolochos à son fils Glaucos, avant leur départ pour la guerre de Troie, «de toujours exceller et de surpasser tous les autres», détermine l’attitude des Grecs anciens face à la vie et aux idéaux.

Dans l’Antiquité, le but de l’exercice était de former des citoyens «beaux et bons» (kalokagathia), des «hommes parfaits» qui serviraient leur ville. L’exercice sportif n’était pas un but en soi, mais une éducation à vie. Les gymnases et les palestres sont devenus graduellement des établissements d’éducation générale visant à l’entraînement et à la formation complète des jeunes. Parallèlement, l’esprit de concurrence et d’émulation qui dominait le stade s’est infiltré dans toutes les activités des Grecs anciens, les grands exploits sportifs et culturels ayant été le résultat de l’esprit de compétition qui dominait.

L’émulation avait pour but l’accomplissement physique et spirituel de l’homme. Dans l’Antiquité, les athlètes étaient considérés les modèles parfaits de beauté, de santé et de force. Le nu était associé à l’exercice physique et il donna son nom à la gymnastique et à l’endroit où se pratiquaient les exercices, le Gymnase. Le nu était un point de référence pour l’art et notamment pour la sculpture. Les artistes étudiaient les corps nus bien musclés des athlètes qu’ils considéraient comme l’exemple parfait et l’idéal de la beauté.

La société grecque ancienne a transformé le simple exercice en activité physique, spirituelle et culturelle suprême, créant le type d’un citoyen qui a marqué de son empreinte la civilisation antique. L’esprit de l’exercice antique n’a jamais cessé d’inspirer le Mouvement olympique moderne, qui recherche des affinités idéologiques et spirituelles avec l’Antiquité sur les sentiers de la mythologie, de l’histoire et des sites et monuments archéologiques.