Le président de la République, S.E. M. Prokopios Pavlopoulos, a déclaré l’ouverture des travaux de la 56e Session Internationale, Dimanche après-midi sur la colline de la Pnyx

155 jeunes hommes et femmes de 91 pays et 22 coordinateurs et coordinatrices participeront à la session qui durera jusqu’au 25 juin. Son sujet principale est: «L’Olympisme en tant qu’outil efficace de développement et de durabilité», et le sujet spécial est: «L’apprentissage axe sur les valeurs olympiques en tant qu’outil efficace pour la protection de l’environnement».

Pendant la cérémonie M. Ching-Kuo Wu, membre du CIO pour le Taipei Chinois, a reçus la distinction honorifique «Olympia». En plus, la distinction honorifique «Athéna» était remis à l’Académie Nationale Olympique d’Allemagne qui était représentée par sa présidente, la prof. Dr h.c. Gudrun Doll-Tepper, tandis que le Membre du Comité Olympique Hellénique et Président de la Fédération Hellénique de Tir à l’Arc, M. Petros Synadinos, a reçus la distinction « Pierre de Coubertin » du Comité International Olympique pour sa contribution longue et très variée à l’Olympisme et au sport. L’œuvre de M. Ching-Kuo Wu, de l’Académie Nationale Olympique d’Allemagne et du M. Petros Synadinos, a présenté le directeur de l’AIO M. Dionyssis Gangas.

S.E. M. Pavlopoulos était l’invité distingué de la cérémonie d’ouverture festive au berceau de la démocratie en Ancienne Grèce, tandis que le président du Comité Olympique Hellénique, M. Spyros Capralos, le Secrétaire Général du Comité Olympique Hellénique, M. Manolis Katsiadakis, les membres honoraires du Comité International Olympique, M. Lambis Nikolaou et le roi Constantine, la parlementaire Mme Dora Bakoyannis et beaucoup de personnalités de la vie sportive, culturelle et politique y étaient présentes.

Le président de l’AIO, M. Isidoros Kouvelos, a mentionné à son allocution:

«En m’adressant à 155 jeunes du monde entier, j’ai voulu souligner l’importance accordée par le Mouvement olympique aux notions d’«évolution» et de «changement». Et aussi parce que j’ai voulu souligner le rôle que ces mêmes jeunes sont invités à jouer dans les prochaines années par rapport à ces notions, afin de contribuer à l’amélioration de la société universelle dans laquelle ils vivront.

Aujourd’hui, les sociétés du monde entier se trouvent face à des pressions croissantes, de nature sociale, économique et environnementale. Le développement de la durabilité et son insertion dans toutes les actions de la société, y compris le sport, sont une nécessité.

Dans le secteur sensible du Mouvement olympique, en particulier, malgré les résultats positifs apparents, une approche plus proactive, impliquant la durabilité dans tous les aspects de l’organisation des Jeux Olympiques, est indispensable. Les bienfaits d’un héritage positif et durable pour la ville et le pays hôtes et pour la communauté tout entière doivent être l’un des objectifs principaux. En outre, le développement durable devrait être adopté par l’ensemble du Mouvement olympique.»

Le membre honoraire du CIO, M. Lambis Nikolaou, a lit le message du Président du CIO Dr Thomas Bach: «La mission principale du Mouvement olympique est de mettre le sport au service de l’humanité. Rendre le monde meilleur par le sport est sa raison d’être. Reconnaître à quel point l’environnement est essentiel pour le développement humain en vue de construire un monde meilleur pour tous est ce qui l’anime.

Cette philosophie sous-jacente, qui consiste à établir un lien entre le sport et les valeurs universelles, définit l’Olympisme.

C’est la raison pour laquelle la durabilité est, avec la crédibilité et la jeunesse, l’un des piliers majeurs de l’Agenda olympique 2020. Considérés ensemble,ces trois piliers, à savoir crédibilité, durabilité et jeunesse nous donnent la feuille de route stratégique; celle-ci nous indique comment forger l’avenir du Mouvement olympique, comment protéger le caractère unique des Jeux Olympiques, comment préserver la pertinence des valeurs olympiques dans la société et, surtout, comment garantir et renforcer le rôle et la place du sport dans la société.

Ce n’est pas un hasard si le sport a été reconnu par la communauté internationale comme un “partenaire important” pour atteindre les objectifs ambitieux de développement durable, tels qu’adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies l’automne dernier.»

Le Président du Comité Olympique Hellénique, M. Spyros Capralos, a dit:

«Depuis plusieurs années, la Session Internationale annuelle pour Jeunes Participants est devenue une institution non seulement pour l’Académie Internationale Olympique mais pour l’ensemble de l’Olympisme, étant donné que c’est dans les installations du Comité Olympique Hellénique à Ancienne Olympie que les futurs ambassadeurs du Mouvement olympique sont préparés.

Cette année ne fera pas exception puisque, pendant deux semaines, des jeunes garçons et jeunes filles du monde entier échangeront leurs idées sur l’héritage des Jeux Olympiques, apprendront l’histoire des Jeux et seront inspirés par les principes et les valeurs qui les régissent.

Outre qu’elle forme les jeunes, la Session pour jeunes participants est une occasion unique de mettre en exergue la contribution intemporelle de l’Olympisme à la civilisation et à la société modernes, en soulignant le rôle primordial que l’Académie Internationale Olympique a toujours joué comme pionnière dans la diffusion de l’éducation olympique, en tant qu’institution culturelle unique et cadre spécial de dialogue et de développement d’idées.

Le sujet choisi pour cette année, qui concerne la contribution de l’Olympisme au développement et à la durabilité ainsi que l’impact des valeurs olympiques sur la protection de l’environnement, dépasse les limites de la Famille olympique, dans la mesure où il s’agit d’un sujet qui préoccupe toute la planète.»

Les chansons étaient interprétées par Mme Dora Louizou et M. Manolis Skoulas, accompagnés de l’atelier de musique grecque de la municipalité d’Athènes sous la direction de M. Vasilis Drolias. La Chorale olympique d’enfants de l’Académie Nationale Grecque a interprété l’Hymne olympique et l’Hymne national grec, sous la direction artistique de Stavros Mperis.