ACADÉMIES NATIONALES OLYMPIQUES

Les Académies nationales olympiques font partie intégrante de l'AIO. Leur naissance répond aux objectifs et au bon fonctionnement de l'Académie Internationale Olympique. Leur origine est profondément ancrée dans l'existence même de l'AIO et elles constituent un outil fondamental dans sa mission et sa ligne d’action.

Au cours des deux décennies qui ont suivi la création de l'AIO, des Académies Nationales Olympiques, sous différentes formes, ont été fondées afin de soutenir les activités de l'AIO au niveau national et de promouvoir et de sauvegarder le volet éducatif du Mouvement olympique, un rôle que les CNO ne pouvaient pas assumer jusqu'alors. En effet, dans le manuel du CIO pour les Académies Nationales Olympiques en 1989, il est clairement indiqué que « la participation aux Jeux Olympiques et aux Jeux Continentaux reconnus par le CIO et les questions d'organisation, d'économie et de technique sportive qu'elle implique laissent aux CNO très peu de possibilités de réflexion sur les principes philosophiques du Mouvement Olympique. Pierre de Coubertin était conscient de cette lacune, même à son époque, et l'a mentionnée à plusieurs reprises dans ses discours et écrits » (CIO, Académie Nationale Olympique, Fondation, Perspectives, Activités, 1989). Ainsi les CNO sont-ils invités à fonder une ANO. « Comment les jeunes d'un pays seront-ils intéressés aux principes de l'Olympisme si le CNO ne leur fournit pas les informations nécessaires ? Comment ces principes peuvent-ils être intégrés dans les écoles et les établissements d’enseignement complémentaire sans l'aide du CNO ? Afin de répondre à cette importante exigence de manière durable, chaque CNO et chaque pays devront fonder une Académie nationale olympique ».

Cette évolution s'est amorcée au début de la présidence de Juan Antonio Samaranch (1980-2001), lorsqu'en 1983, au cours de la réunion de la Commission du CIO pour l'AIO, le CIO a fortement encouragé les CNO à créer des ANO, qui agiraient comme des extensions de l'AIO. En 1984, le président du CIO lui-même a envoyé une lettre circulaire à tous les CNO les invitant à établir une ANO dans leur pays. La réussite est clairement illustrée par le fait que sur les 149 ANO qui existent aujourd'hui, 114 ont été fondées durant la présidence de Samaranch, personnalité dont les capacités de réformateur ont grandement influencé le Mouvement olympique.

« La création de l'Académie Internationale Olympique et son extension par le biais des Académies Nationales, qui vont désormais se multiplier dans le monde entier, sont le fruit de visionnaires, de quelques hommes déterminés et inspirés qui ont ainsi rendu un service inestimable à notre Mouvement Olympique. Les noms de tous ceux qui ont été associés à cette tâche parfois difficile font désormais partie de notre histoire et ont rejoint au panthéon de l'Olympisme ceux qui ont garanti le succès et la force de notre Mouvement depuis près d'un siècle » (Juan Antonio Samaranch, Président du CIO, lors de la Cérémonie d’Ouverture de la 28e Session Internationale pour Jeunes Participants de l’AIO, sur la colline de la Pnyx).

Ce n'est qu'en 1991 que les ANO ont été officiellement incluses dans le rôle et la mission des CNO, par une mention ajoutée pour la première fois dans la Charte olympique et qui a certainement marqué un tournant pour l'épanouissement du réseau des ANO et la physionomie future de l'AIO : « Ils [les CNO] veillent à la création d'institutions qui se consacrent à l'éducation olympique. Ils veillent notamment à la création et aux activités des Académies nationales olympiques, de musées olympiques et de programmes culturels en relation avec le Mouvement olympique » (Charte olympique du CIO, 1991) . Le monde a compris leur importance et les ANO allaient commencer leur voyage.

De même, le rôle des ANO est apparent au sein de l'Association des Comités Nationaux Olympiques (ACNO) : « L'ACNO et les CNO contribuent à la diffusion des idéaux olympiques par le biais des Académies Nationales Olympiques et de leurs représentants à la Session de l'Académie Internationale Olympique ».

Les objectifs des ANO au niveau national, avec le soutien des CNO respectifs, se concentrent principalement sur l'éducation à l'idée olympique auprès des jeunes enfants, des professeurs d'éducation physique, des athlètes, des entraîneurs, des administrateurs de leur pays, et cela par la mise en œuvre de programmes d'éducation olympique, de cours de formation, par l'organisation de sessions, de séminaires, de compétitions dans les écoles, d'événements culturels, par la publication de manuels d'éducation olympique ou encore par l'établissement d'une coopération avec d'autres institutions éducatives et sportives.

Aujourd'hui, avec le soutien de l'AIO, les 149 ANO existantes ont réussi à devenir la référence en matière d'éducation olympique dans leur pays. De nombreuses ANO font un travail remarquable, par l'éducation de centaines de personnes et la mise en œuvre de programmes d'éducation olympique dans tout le pays, en coopération avec différentes institutions au niveau national et international. Grâce à leur création, le concept d'éducation olympique a émergé dans toutes les parties du monde, de nombreuses recherches sont menées dans les universités et de nombreux programmes ont été développés dans le monde entier.


Version actuelle de la Charte olympique : « Le rôle des CNO est de : 2.1. promouvoir les principes fondamentaux et les valeurs de l’Olympisme dans leurs pays, particulièrement dans les domaines du sport et de l’éducation, en soutenant des programmes d’éducation olympique à tous les niveaux dans les écoles, les institutions d’éducation sportive et physique et les universités, ainsi qu’en encourageant la création d’institutions consacrées à l’éducation olympique, telles que les académies nationales olympiques, les musées olympiques et les autres programmes, notamment culturels, en relation avec le Mouvement olympique ».

Le besoin de trouver un moyen d'élargir l'enseignement des principes moraux de l'Olympisme et de diffuser l'esprit olympique devient évident. Il ne fait aucun doute que l’Académie National Olympique peut devenir le prolongement de l'Académie Internationale Olympique, au niveau national ou local.

Otto Szymiczek, Doyen de l'AIO (1962-1990)

* Les données sont en cours de révision, selon les exigences en termes de fonctionnalité, fixées par l’AIO.